Pierre-Gilles Chaussonnet

compteur

Pierre-Gilles Chaussonnet,
20000 lieux sous les rêves

Le travail de Pierre-Gilles Chaussonnet consiste en un savant mélange des genres, qui réunit au sein d’un même dispositif, l’imagerie onirique de l’enfance et la vigueur parfois austère de l’esthétique industrielle.
A partir de machines dont il prélève les composants, il conçoit des engins tout à la fois inquiétants et dociles, dont les corps mécaniques, aux fonctionnements quasi organiques, se mettent au service du rêve. Tout un univers de modèles réduits « mis en boîte », enchâssés au cœur de structures imposantes, révélant la délicatesse et la sensibilité de scénettes nostalgiques, historiques, poétiques, ou humoristiques.
Des maquettes de la vie pour fixer des instants, instantanés de la mémoire à l’esthétique rétro futuriste, qui soulèvent implicitement la question de l’évolution technologique, du savoir-faire et du renoncement.

Pierre-Gilles Chaussonnet a interrompu un parcours scientifique pour intégrer les arts plastiques qu’il jugeait plus à même de répondre à ses attentes.
Son imaginaire, s’est tout autant nourri de romans de Jules Vernes, de littérature, de bande dessinée et de cinéma de science fiction, que de design et de technologie.
Fasciné par les maquettes officielles d’avions et de fusées que recevait pour validation son grand-père responsable à la délégation aux armements, il a peu à peu créé un monde, où les objets élaborés à partir d’organes mécaniques récupérés sur des machines puis détournés, sondent la notion d’utilité et remettent en question le système de production industriel et son évolution.

Fabrice Pincin - mars 2008

armoirpays

Fabrice Pincin est enseignant à l‘École Supérieure des Beaux Arts de Marseille (Luminy). Il organise des ZEP, Zone d’Échange Privilégiée, dans lesquelles il fait intervenir des plasticiens, conservateurs, designers…